Illustration
"L’important c’était de comprendre ce que l’on pouvait proposer aux séniors"

"L’important c’était de comprendre ce que l’on pouvait proposer aux séniors"

Catégories
Formations

"Au départ, on avait une demande du maire pour travailler sur les problématiques des personnes âgées qui habitent sur la côte dans des grandes maisons qui ne correspondent plus au besoin". Rencontre avec Pascaline Alno, maire-adjointe à l'action sociale et solidaire de Ploemeur.

Comment avez-vous entendu parler de ce cycle de formation ? 
De mémoire, il y avait eu une présentation via le l’UDCCAS, de proposer sur le Morbihan un cycle sur l’analyse des besoins sociaux. Il y avait des élus des côtes d’Armor qui étaient venus présenter le dispositif et son intérêt et c’est ce qui nous avait particulièrement intéressé, car on peut en trouver des formations sur l’ABS, mais souvent ce n’est que pour les techniciens.
 
Qu’est-ce qui vous a motivé pour participer à ce cycle ? 
Lorsque l’on a été réélu en 2020, on voulait revoir notre ABS que l’on avait fait en 2015. On voulait voir ce qui avait évolué depuis et on s’est dit qu’on pouvait avoir cette formation pour mettre à jour nos données et voir où on voulait aller. Nous au départ, on a une demande du maire pour travailler sur les problématiques des personnes âgées qui habitent sur la côte dans des grandes maisons qui ne correspondent plus au besoin. L’important pour nous c’était de comprendre ce que l’on pouvait proposer aux séniors, ce qu’ils souhaitaient. Mais aussi, à l’inverse, pour la petite enfance, on a des problèmes de garde donc, il faut trouver des solutions, donc voir selon la démographie ce que l’on doit faire. Donc on a besoin de ces outils là pour prendre les décisions.

Qu’avez-vous appris durant ce cycle de formation ? 
L’intérêt c’est la méthodologie que l’on a appris qui nous permet de conduire et de réinterroger notre ABS sur la commune. Et bien les formateurs nous ont apporté des outils très concret comme faire un questionnaire, passer un entretien. On a appris pleins de méthodes qui nous permettent de comprendre ce que l’on n’a pas forcément bien fait dans le passé et de faire ensuite un peu mieux. Ça nous a donné pas mal d’idée. 

Que pensez-vous d’avoir été formé en même temps que votre collègue agent ? 
C’est très bien ça. On a déjà eu des gros dossiers à traiter et on a toujours travailler en bonne intelligence. On était déjà dans un échange constant. On a simplement repris les mêmes choses durant le temps de la formation. Ce qui est bien c’est que cette formation en binôme permet de créer du lien entre les groupes. Sur le principe, c’est une sacrée richesse que d’organiser les choses comme ça. Pour moi, ce n’est pas un frein que l’élue soit présente en formation. Au contraire ! C’est un moment pour se dire les choses. Ce qui est bien c’est qu’on peut avoir le même niveau d’information ! Le dossier on peut le porter à plusieurs devant le conseil municipal.
 

 

Voir toutes nos actualités...