Illustration
commune nouvelle :

Commune nouvelle : une chance pour Saint-Gilles du Mené

Catégories
Initiatives locales

 

Martine Pelan, maire déléguée de Saint-Gilles du Mené a accepté de revenir sur les étapes de la création de cette commune nouvelle.

Les élections de mars 2014 ont marqué les esprits dans Le Mené. Racontez-nous.
En mars 2014, je ne souhaitais pas me représenter à Saint-Gilles du Mené (500 habitants), élue depuis 1995, je manquais d’énergie pour repartir. Comme personne ne voulait être tête de liste, Il n’y a pas eu d’élection au premier tour des municipales. Pressée par mes collègues, mes convictions, je remonte une liste, vraiment à reculons, pour le deuxième tour.

Comment a germé l’idée d’une commune nouvelle ?
Cette absence de candidats au premier tour a agi comme un électrochoc pour beaucoup d’élus du secteur. Comment devons-nous gérer nos petites communes ? Quelle marge de manoeuvre financière ? Quel avenir ? Au fil de mes mandats, je prenais de plus en plus conscience que nous pouvions plus investir, monter des projets. Fin 2014 - début 2015, des maires de la communauté de communes du Mené étudient la question de la commune nouvelle. Après un moment de réflexion, j’ai estimé que c’était une chance pour Saint-Gilles du Mené, pour améliorer les services aux habitants, offrir un bourg attractif. Je ne suis pas attachée au pouvoir et sa représentation, j’ai tout de suite pensé que ça pouvait “sauver ma commune”. Un soulagement personnel, j’allais enfin me remettre dans les rails de projets utiles pour les habitants.

Comment les élus ont vécu cette évolution ?
Même si mes collègues ont voté à l’unanimité, j’ai dû faire de la pédagogie auprès des jeunes élus. Ces derniers, en poste depuis moins d’un an, n’avaient intégré les contraintes énormes qui pèsent sur une commune comme Saint- Gilles. Ils étaient encore plein d’espoir. A contrario, les adjoints ont vécu comme une opportunité ce basculement. Depuis la création de la commune nouvelle, chaque maire-délégué est adjoint et peut s’appuyer sur un pôle administratif compétent. Je suis pour ma part aux affaires scolaires. Nous conservons ce rôle de proximité, de relais de la demande de la population. Le conseil municipal délégué se réunit une fois tous les deux mois pour échanger sur les besoins de la commune déléguée. Les neufs élus participent aux commissions de la commune nouvelle. Cependant, la fusion de sept communes, pose quand même quelques difficultés : il est difficile par exemple, de discuter à 97 élus lors du conseil municipal.

Comment la population a réagi ?
En 2015, nous avons proposé des réunions publiques, des informations à travers le journal municipal. Cette expérience de mars 2014, a pesé aussi. Rapidement, les habitants ont compris que cela ne changeait rien à leur quotidien, voir que les services allaient s’améliorer. Les bienfaits sont visibles deux ans après : L’aménagement de la traversée du bourg a été réalisée en un an, il aurait fallu trois tranches avec l’ancienne commune, sans compter l’effacement des réseaux. Nous avons bien eu quelques couacs au niveau de l’entretien des espaces verts la première année, c’est oublié aujourd’hui.

Comment voyez-vous l’avenir ?
Je me pose des questions. En 2020, le conseil municipal délégué de Saint-Gilles n’existera plus. Il y aura moins d’élus. Il faudra donc imaginer un système qui permette une prise en compte des demandes des habitants de Saint-Gilles.

Contact
Photo
Martine Pelan, maire-déléguée de Saint-Gilles du Mené
Martine Pelan, maire-déléguée de Saint-Gilles du Mené
Adresse
Mairie de Saint-Gilles
du Mené
La Croix Jeanne Even
BP3 - 22 330 Le Mené
Téléphone
02 96 31 47 17
Voir toutes nos actualités...