Illustration
"LES AGENTS TERRITORIAUX FONT HONNEUR AU SERVICE PUBLIC LOCAL"

"Les agents territoriaux font honneur au service public local"

Catégories
Initiatives locales

Si les élu.e.s locaux sont en première ligne dans cet état d’urgence sanitaire, les agents territoriaux sont également sur le front et assurent avec engagement et détermination la continuité du service public de proximité. Entretien avec Gilles Saulnier*, Directeur général des services de la ville de Chantepie (35)
 

Pouvez-vous évoquer le contexte dans lequel vous avez évolué durant le confinement ?
S’est rajouté à cette crise sanitaire majeure le fait de se trouver dans une échéance électorale inachevée. Les nouvelles municipalités n’étaient pas installées et les difficultés se sont accrues lorsque le résultat des élections a amené un changement des équipes. Dans ce contexte, le DGS se devait d’être auprès du personnel communal pour assurer au mieux la continuité du service public local. L’exercice a été difficile, les directives nationales nous arrivaient au jour le jour. Elles se succédaient, elles étaient incertaines et parfois contradictoires. Il fallait gérer un flot continu d’information qui impactait celui de la veille. « Ordre et contre ordre » était notre quotidien. 
 

Dans cette réalité comment-avez-vous agi ?
La veille du confinement j’ai transformé le comité de direction en comité de crise. Puis j’ai réuni les différentes composantes du personnel (chefs de services, cadres, représentants syndicaux…). Avec ce comité, nous avons élaboré et mis en place un plan de continuité de l’activité des services. Le plan précisait les missions
essentielles à assurer mais aussi définissait les conditions dans lesquelles elles devaient être accomplies. Il a fallu, avec nos propres moyens, garantir la sécurité des agents et des usagers en appliquant les règles sanitaires le plus strictement possible. Le maire assistait à ces réunions et le lien était ainsi fait avec la municipalité.  
 

Quels services ont été concernés ?
Si la mairie était fermée durant le confinement, l’accueil du public était assuré par voie téléphonique. L’état civil recevait sur rendez-vous, la police municipale était présente sur le terrain, le CCAS restait à l’écoute et se déplaçait pour rester en contact avec les personnes les plus fragiles. Le secteur des écoles était évidemment concerné pour les enfants dont les parents étaient mobilisés. Les services techniques étaient à pied d’œuvre pour la propreté urbaine, l’entretien des bâtiments. Les questions d’urbanisme étaient également traitées. Les services fonctionnels ont eux aussi été très sollicités (ex : comptabilité, communication, GRH …) 
 

L’organisation a dû s’adapter ?
«A situation exceptionnelle organisation inédite » En effet, nous avons dû repenser entièrement nos pratiques. Prenons l’exemple du télé travail : celui-ci existait mais dans une configuration différente Il a fallu l‘organiser dans l’urgence et avec les moyens du bord : équiper les agents, permettre l’accès des réseaux à distance, redéfinir les messageries. Il est aujourd’hui devenu l’un des principaux outils de fonctionnement des services. Au-delà de ce travail technique réalisé par notre informaticien, l’organisation personnelle des agents est impactée par ce travail à domicile avec des risques d’intrusion dans leur vie privée et ses conséquence (hyper connexion, risques psycho-sociaux…). Il s’agit d’un télétravail de crise. Sur le terrain, je demande aux agents de se protéger dans l’accomplissement de leurs tâches (distanciation sociale, port du masque…).
 

Et votre mode de management ?
On a expérimenté la continuité dans l’urgence. Nous devons agir à distance avec une réactivité accrue. J’ai toujours pratiqué un management participatif sur la base de la confiance et j’en mesure tout l’intérêt quand je vois l’investissement de chaque agent et son sens du service public. Assisté des cadres, des services des ressources humaines et de la communication j’ai gardé le contact avec tous les agents confinés ou non, pour maintenir et développer cet esprit collectif. 
 

La reprise du 11 mai a-t-elle constitué un signe positif ?
Nous avons tout mis en œuvre pour que cette reprise se fasse dans les meilleures conditions, mais elle ne se décrète pas. Elle sera progressive et incertaine. Il faut expliquer et rassurer. Il y aura également des remises en question. Nous devrons faire un bilan dans nos pratiques, redéfinir nos priorités. Nous y travaillons en interne, ainsi que pour ma part, dans le cadre du syndicat des Directeurs généraux des collectivités. Les problèmes sont nombreux et difficiles. Cependant, quand j’observe l’engagement du personnel je suis optimiste et je tiens à saluer leur sens des responsabilités. Les agents territoriaux font honneur au service public local.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          Propos recueillis par Michel Morin


*Gilles Saulnier est également président départemental et vice-président régional du Syndicat national des directeurs généraux des collectivités territoriales.


 

Contact
Photo
Gilles Saulnier*, Directeur général des services de la ville de Chantepie (35)
Gilles Saulnier, Directeur général des services de la ville de Chantepie (35)
Adresse
Mairie de Chantepie
44 Avenue André Bonnin
35135 Chantepie
Tél. 02 99 41 42 33
Voir toutes nos actualités...