Illustration
“Les élu.e.s locaux restent les garants des orientations définies par la commune”

“Les élu.e.s locaux restent les garants des orientations définies par la commune”

Catégories
Initiatives locales

Dans le cadre de la réforme territoriale, des compétences communales ont été, ou vont être transférées à l’échelon intercommunal. Comment les élu.e.s municipaux perçoivent-ils ces changements ? Michel Demolder, maire-adjoint à l’urbanisme à Pont-Péan (35) a accepté de nous livrer ses impressions.

Comment vivez-vous localement le transfert de certaines compétences de votre commune à Rennes Métropole ?
Elu d’une commune ayant une tradition de travail en intercommunalité (syndicats intercommunaux pour la restauration scolaire, l’assainissement et d’autres domaines), le transfert des compétences voirie, éclairage public ou eaux pluviales n’a pas réellement posé de problème. Concernant la voirie, le transfert s’est effectué en plusieurs étapes, en laissant par exemple la commune gérer les marchés publics lors des deux premières années. Cela a permis de laisser du temps pour la mise en place du service voirie organisé par secteurs géographiques au sein de Rennes Métropole. Un technicien référent “conduite des opérations de travaux” travaille plus spécifiquement avec la commune sur les projets inscrits dans le Programme prévisionnel d’investissements (PPI).

Quel est l’impact de la réforme sur le rôle des élu.e.s communaux ?
Les Lois NOTRe et MAPTAM ont renforcé de facto les coopérations intercommunales. L’action de l’élu.e municipal.e doit tenir compte de ces changements, pour faire vivre le projet communal validé par les habitants lors de l’élection municipale. Les élu.e.s locaux restent les garants des orientations définies au niveau de la commune. Le délégué communal est davantage impliqué dans les discussions des projets de l’EPCI au sein de commissions ou de groupes de travail.

Une des vos missions principales est donc de “faire du lien” avec la population ?
Nous avons plus à communiquer, à informer sur les étapes de tel ou tel projet pour indiquer les avancées ou les freins. Toutefois, même avant la Loi NOTRe, l’élu.e municipal.e avait déjà ce rôle d’animateur local puisque la plupart des projets se construisent avec les habitants et/ou à partir des attentes de ceux-ci. Les transferts de compétences étant arrivé rapidement, et sans réellement de débat national, nous avons plus à faire le lien entre les différents services de la Métropole et les questions des habitants, pas toujours au fait des changements institutionnels.

Ressentez-vous un décalage par rapport au début de votre mandat ?
Au sein de la métropole, les élu.e.s communautaires ont su rapidement mettre en place des lieux de débat décentralisés pour impliquer les élus municipaux dans ces mutations décidées par la loi. La majorité des transferts ayant eu lieu par étape, cela a permis d’intégrer de nouveaux fonctionnements pour les élu.e.s et les agents. Il faut par contre reconnaitre que c’est très chronophage. Quand vous êtes élu.e et exercez une activité professionnelle, vous ne pouvez pas toujours adapter votre agenda à celui des services de la métropole.

Contact
Photo
Michel Demolder, maire-adjoint à l’urbanisme à Pont-Péan (35)
Michel Demolder, maire-adjoint à l’urbanisme à Pont-Péan (35)
Adresse
Mairie de Pont-Péan
2 av. du Chemin vert
35 131 Pont-Péan
Tél. 02 99 52 41 70
Voir toutes nos actualités...