Illustration
carte

Plus de 10 % des élu.e.s locaux en Bretagne ont démissionné depuis le début de ce mandat

Catégories
Initiatives locales

Selon les chiffres du Ministère de l’intérieur (au 23 mars 2018), près de 2500 élu.e.s bretonn.e.s ont démissionné sur un total d’environ 23 000 élu.e.s que compte la Bretagne. Ce chiffre est de deux points supérieur à la moyenne nationale. Zoom sur cette tendance, à l’aube de la préparation des municipales de 2020.

Des disparités selon les départements Alors que seulement 8 % des élu.e.s des Côtes d’Armor ont démissionné, près de 14 % des élu.e.s du Finistère ont jeté l’éponge. Les départements d’Ille-et-Vilaine et du Morbihan sont dans la moyenne régionale, respectivement à 10,7 et 11 %. Dans certaines communautés du de commune du Finistère, près de 30 % des élus municipaux ont démissionné sur cette période. Nous ne constatons pas de corrélation forte entre les changements de périmètres de 2016-2017 et le nombre de démissions dans les conseils municipaux.

Les communes de plus de 3500 habitants sont les plus touchées

tableau


14 % des conseillers municipaux bretons ont démissionné
On assiste à une désaffection plus forte chez les conseillers municipaux (14 %) contre 6 % pour les adjoints. Seulement 3 % des maires ont démissionné depuis 2014. 12 % des femmes élues ont quitté leur fonction, contre seulement. 10 % des hommes. L’âge moyen des élu.e.s démissionnaires est de 53,5 ans (54,5 ans pour l’ensemble des élu.e.s breton.nes).

Une hausse régulière des démissions depuis 2014
Depuis 2014, on constate une hausse assez régulière du nombre de démissions, malgré un petit ralentissement en 2017.

 

Aller plus loin

Assemblée générale de l'Aric
Dans 18 mois, les 1232 conseils municipaux bretons vont remettre leurs mandats en jeu lors des élections en mars 2020. Au total, pour la Bretagne ce seront plus de 22 000 élu.e.s municipaux qui, pour certains se prépareront à repartir pour un nouveau mandat, mais le plus souvent à faire connaissance et apprivoiser la fonction d’élu.e local.e.  Qu’il soit aujourd’hui maire, adjoint ou simple conseiller municipal, quelles sont les motivations d’un.e élu.e à se représenter ? Qu’est ce qui va mobiliser des citoyens dans chaque ville, chaque bourg  à se lancer dans l’aventure lorsque l’on sait que pour la grande majorité d’entre eux il s’agira d’un engagement complètement bénévole ? Eléments de réponses, témoignages d'élu.e.s lors de la prochaine Assemblée générale de l'Aric qui se déroulera le 17 novembre 2018 à Hilion (22). Plus d'informations et inscription après les vacances d'été...

sav
Voir toutes nos actualités...