Illustration
RESTAURATION SCOLAIRE : LANGUEUX ET TRÉGUEUX COOPÈRENT POUR PRÉPARER LES REPAS

RESTAURATION SCOLAIRE : LANGUEUX ET TRÉGUEUX COOPÈRENT POUR PRÉPARER LES REPAS

Catégories
Initiatives locales

Le 1er janvier 2020, les communes de Langueux et Trégueux  (22) vont mutualiser leurs restaurants scolaires. Un projet rendu possible car les deux collectivités ont su "coopérer et travailler en intelligence", comme nous l’expliquent les maires Christine Métois et Thérèse Jousseaume.
 

Quelles sont les raisons qui vous ont amenées à coopérer précisément sur ce service ?
Christine Métois : Un diagnostic effectué par un cabinet spécialisé a fait ressortir la nécessité de construire une nouvelle cuisine centrale. Ce projet n’était pas inscrit dans notre programme de mandature. Au regard des restrictions budgétaires et dans le souci d’une gestion rigoureuse, nous nous sommes rapprochés de la ville de Langueux. Elle possède à proximité un tel équipement autorisant un transport des repas « en liaison chaude ».

 Thérèse Jousseaume : Les excellents rapports que nous entretenons, l’habitude de travailler ensemble, le souci de l’intérêt général, nous a conduit à examiner cette demande avec attention. Notre équipement date de quinze ans et est en état, mais cette opportunité nous donnait l’occasion de faire le point sur notre propre fonctionnement. Nous avons été favorables à la mise à l’étude de cette opération.
 

Comment le projet a-t-il été élaboré ?
C.M : C’est un projet de longue haleine qui s’est engagé. Les premiers contacts remontent à mai 2015. Il fallait au préalable obtenir l’accord de la Direction départementale de la protection des populations (DDPP), organiser les rencontres entre les élu.e.s pour fixer les orientations du dossier, rapprocher les services et les associer à la démarche (les directions générales, les services des ressources humaines, les services financiers, les gestionnaires de la restauration, les personnels concernés…). Ce travail était accompagné par un cabinet d’avocat et un consultant spécialisé dans le domaine de la restauration.

T.J : Il s’agissait pour nous de fournir en toute transparence les 750 ou 800 repas pour la commune de Trégueux. Nous devions ainsi procéder au doublement de notre production. L’outil devait être adapté et le surcoût maîtrisé sans qu’il soit imputé à la charge des usagers de Langueux. Si le problème ainsi posé paraissait simple à résoudre, la réalité fut en fait très compliquée. Les actions évoquées par ma collègue sont certes motivantes, mais l’ensemble est relativement lourd à mettre en œuvre. L’aspect le plus délicat a été de formaliser la coopération en termes juridiques. « La mutualisation » qui est la règle dans les relations communes/E.P.C.I. n’est pas possible entre les communes. En définitive, « c’est la convention de coopération de moyens » qui a été retenue.
 

Les usagers ont-ils été associés à la démarche ?
C.M : Mon adjointe aux affaires scolaires informait régulièrement les parents d’élèves par le biais des Conseils d’écoles. Il faut ajouter que les enfants resteront au même endroit et bénéficieront d’un repas de même qualité, voire de qualité supérieure. Il n’y a eu aucune inquiétude à ce sujet.  Nous avons eu également un très bon écho de la part de la population. Elle apprécie le fait que l’on évite, par cette coopération, de construire un équipement neuf et que l’on pratique ainsi, en ces temps difficiles, une bonne gestion des finances publiques.

T.J : Nous avons souvent communiqué sur la restauration scolaire dans le magazine municipal. L’information passait également par les compte-rendus du Conseil où des points de situations étaient régulièrement effectués. Nous avons eu très peu de sollicitations de la part des langueusiens, ceux-ci comprenant l’intérêt de l’opération. En fin d’année nous communiquerons de façon concertée pour lancer le nouveau fonctionnement qui sera définitivement opérationnel en janvier 2020.
 

Quelles seront les modalités de gestion du service ?
C.M : Il était important pour nous d’avoir la maîtrise sur la gestion de ce service et la régie directe, de ce point de vue, répondait à notre attente. La fabrication des repas sera assurée par la commune de Langueux avec une équipe mutualisée. Le personnel, comme le prévoit le statut, est mis à disposition sur la base du volontariat. L’organisation a été soumise aux comités techniques et les lignes de commandement sont clairement définies. Chaque commune prend en charge sa distribution.

T.J : L’opération a été conduite dans la concertation avec les personnels concernés. Éclairés par l’étude du consultant professionnel, nous avons au profit des rationnaires, repensé l’aménagement des lieux et le perfectionnement des équipements au-delà même de l’amélioration des repas. Le temps du déjeuner pour un enfant est essentiel pour sa croissance et son développement. Des formations du personnel seront engagées pour répondre ainsi aux nouveaux profils de poste.
 

Quels enseignements retirez-vous de ce projet ?
C.M : C’est un dossier dont on a mesuré les difficultés au fur et à mesure, d’autant qu’il a été alourdi par des contraintes juridiques et administratives. A cet égard, je trouve que les communes qui fournissent des efforts réels pour optimiser leur gestion ne sont pas suffisamment accompagnées.

T.J : Il faudrait en effet disposer de plus de souplesse réglementaire pour faciliter cette coopération horizontale qui contribue réellement à l’efficience de la gestion locale. Nos deux communes ont dû faire preuve d’intelligence et de détermination pour arriver au bout de notre projet. L’essentiel est que nous y soyons parvenus.


Propos recueillis par Michel Morin

 

Contact
Photo
Thérèse Jousseaume, maire de Langueux
Thérèse Jousseaume, maire de Langueux
Adresse
Mairie de Langueux
2 rue de Brest - BP 2
22360 Langueux
Tél : 02 96 62 25 50

Voir toutes nos actualités...