Illustration
Saint-Malo a célébré ses 50 ans de mariage

Saint-Malo a célébré ses 50 ans de mariage

Catégories
Initiatives locales

50 ans, ça se fête ! D’emblée, le ton était donné. Pour célébrer la réunification de Saint-Malo, Paramé et Saint-Servan en 1967, les élus malouins ont voulu toute une série d’actions et d’animations,  étalées sur plusieurs mois.
Le premier acte fut symbolique : le regroupe- ment des trois monuments aux morts sur une même place au centre de Saint-Malo. La suite a été plus festive : un feu d’artifice du 14 juillet tiré sur les tubes de 1967, la gratuité des musées, des tournois sportifs, un concert. Tout le monde s’y est mis : des classes de CM ont planché sur l’histoire de leur ville et de leurs quartiers. Les Malouins ont été invités à compléter les cartes J’aime Saint-Malo parce que…, issues du calendrier distribué en début d’année. Une sélection des plus belles a été diffusée à la médiathèque, en novembre. On a enregistré les souvenirs des habitants. Dans les abri-bus, vingt Malouins nés en 1967 ont été affichés pendant une semaine. Chaque samedi, pendant un mois, les habitants ont pu visiter gratuitement Paramé, Saint-Servan, intra-muros et le quartier de la gare, centre du grand Saint-Malo. Des balades en bus tour offertes par la mairie et les unions commerciales, commentées par des guides- conférencières, pour découvrir ou redécouvrir la ville. Une surprise-partie s’est tenue au pied des remparts. Au programme, rock’roll, twist, hula- hoop, vêtements vintage, crêpage de chignon et maquillage année soixante.

Fusionner, pourquoi faire ?
Le regroupement de communes est dans l’air du temps. Il y a 50 ans, c’était une autre histoire. Lorsque Saint-Malo, Paramé et Saint-Servan ont fusionné, en octobre 1967, les communes ont fait figure de précurseurs. L’idée n’était pas nouvelle : elle avait été formulée dès 1947. Mais, à l’époque, les rancœurs sont anciennes et tenaces, et les Malouins ne sont pas prêts à partager avec leurs voisins la manne de la taxe locale qu’ils perçoivent. Trois élus - un Malouin, un Paraméen, un Servannais - seront les moteurs du rapprochement, soutenus par une partie des acteurs économiques qui pensent que la fusion donnera du poids à la ville. “On a bien fait de la faire, estime André Barbot, conseiller municipal de Saint-Malo jusqu’en 1967. La ville est devenue la 2e du département, avec 42 000 habitants, et a développé son industrie.”

Un mariage rapide
S’il a fallu des années pour amener la majorité à accepter l’idée d’union des trois communes, quelques mois ont suffi pour qu’elle soit effective. Le décret ministériel est publié le 26 octobre 1967, prenant tout le monde de court. Il faut organiser des élections en urgence. Le 26 novembre, la liste de Marcel Planchet, jusqu’alors maire de Saint- Servan, l’emporte au 1er tour. En face, la liste d’Yvon Bourges, ancien maire de Dinard - il a démissionné pour se présenter dans la cité corsaire - et secrétaire d’État, est balayée. Les élections passées, il faut s’atteler à l’organisation de la nouvelle ville, et ce n’est pas une mince affaire : il y a trois centres de secours, trois secrétaires généraux à la mairie, tous les services municipaux en triple. A Paramé, Saint-Servan et Saint-Malo, les rues portent parfois les mêmes noms.

Alors 50 ans après ?
La fusion s’est-elle faite dans les têtes ? Tous les habitants se sentent-ils malouins ? “Il y a autant de définitions que d’habitants, constate pauline Blin- Jouan. La jeune sociologue a recueilli le témoignage de près de 1000 Malouins pour l’enquête Qu’est-ce qu’être et se dire malouin en 2017 ? “Le sentiment d’appartenance aux anciennes villes s’estompe, même si les plus de 50 ans restent attachés à leur commune de naissance. Néanmoins, il restera toujours des affinités. (…) Une partie des jeunes disent se sentir avant tout bretons. (…) Ils ont une autre échelle d’appartenance au territoire.”

L'hommage
Le 3 décembre 2017, cinquante ans jour pour jour après l’installation du premier conseil municipal du grand Saint-Malo et l’élection comme maire de Marcel Planchet, une journée commémorative clôturait les festivités. En présence d’une dizaine d’élus de l’époque et des membres de l’actuel conseil municipal des jeunes, un conseil municipal exceptionnel a eu lieu. Claude Renoult, maire de Saint- Malo, voulait qu’il soit un hommage à “ce qu’ont fait nos illustres et courageux prédécesseurs de 1967”. Enfin, une conférence-débat sur 1967 dans le monde, en France, à Saint-Malo, co-organisée avec Ouest-France, a attiré 700 personnes au centre des congrès, autour d’intervenants malouins et de grands noms du journalisme.

 

 

 

 

 

Contact
Photo
saint-malo
Béatrice Ercksen
Adresse
Ville de Saint-Malo
Hôtel de Ville
Place Chateaubriand - CS21826
35418 Saint-Malo
Tél. 02 99 40 71 11
Voir toutes nos actualités...