Illustration
Histoire de la formation des élus locaux de1880 à aujourd'hui

Histoire de la formation des élu.e.s locaux de 1880 à aujourd'hui

Catégories
Publications

A l’occasion de la réforme portée par le gouvernement français au cours de l’année 2021, la formation des élu.e.s est timidement réapparue sur le devant de la scène politique. Droit essentiel pour permettre aux élu.e.s locaux d’exercer leur mandat, la formation des élu.e.s pâtit d’une très forte méconnaissance ; à la fois de la part des élu.e.s mais aussi du grand public... Retour sur son évolution.
 

Son histoire et la manière dont elle s’est construite comme un droit, témoigne de la richesse des engagements qu’elle a suscitée, comme des débats démocratiques qu’elle génère encore. En repartant de la recherche doctorale effectuée par Pierre Camus* aujourd’hui responsable de formation à l’Aric, nous vous proposons une présentation de la formation des élu.e.s locaux qui se veut accessible à tous et suffisamment générale pour que chacun puisse avoir une image d’ensemble du sujet.

En revenant aux années 1880, nous regardons la formation des élu.e.s émerger comme pratique, se diversifier au cours des années 1970 pour s’imposer comme un droit à la fin du 20ème siècle. Puis, nous entrerons dans les enjeux liés à la régulation du droit exercé par le Conseil National de la Formation des Elus Locaux (CNFEL) pour comprendre les différentes orientations données au marché de la formation des élu.e.s entre 1990 et 2020. Enfin, nous nous intéresserons à la récente réforme du droit, élaborée en 2021, pour comprendre ce qu’elle change et ce qu’elle laisse inchangée.  

L’objectif d’une telle présentation est de permettre à n’importe quel acteur ou observateur d’en apprendre plus sur une pratique encore trop méconnue et de mesurer l’importance démocratique de sa mise en débat pour répondre aux enjeux de la gouvernance locale et de la professionnalisation des fonctions locales.
 

En savoir plus


* Pierre Camus, « La formation des élus locaux en France (1880-2020) ». Les conditions d’une institutionnalisation instable. Thèse de doctorat de Sociologie, sous la direction de Rémy Le Saout, Université de Nantes, 2021. p. 382

Voir toutes nos actualités...