Illustration
ag

Retour sur l'Assemblée générale 2019 de l'Aric

Retrouvez les moments forts de cette dernière Assemblée générale, avant les municipales de 2020, qui s'est déroulée le 16 novembre dernier à Vannes.

> La partie statutaire
-    En novembre 2019,  373 communes et 14 EPCI. adhèrent à l'Aric, malgré la « reconfiguration territoriale » ayant découlé de la mise en œuvre de la loi NOTRe.
-    La nouvelle formule de la Lettre de l’Aric devient un 4 pages sur fond de carte régionale. Le magazine ne perd pas en qualité : il comporte autant d’articles d’expériences mais sous un format digital. S’y ajoute l’appli mobile, « l’Aric dans la poche des élus », en préparation pour la fin de l’année 2019.
-    La formation cette année a concerné 565 stagiaires dont 58% de femmes et 42% d’hommes. Les formations collectives représentent les trois quarts. La valorisation des acquis de l’expérience est toujours possible et demandée en cette fin de mandat.
-    De plus cette année a été marquée par l’organisation de soirées citoyennes (10 ont été réalisées) qui ont connu un réel succès.
-    Des webinaires ou rencontres à distance ont été réalisés avec succès. Un réseau de parrainage est en projet. Le Réseau Rural breton continue de faciliter l’interconnaissance entre acteurs et d’actionner les leviers d’un développement en milieu rural.
 

> L'intervention d'Olivier Dulucq, conseiller au cabinet du président de l’Assemblée Nationale
Il a commencé son exposé par le rappel  du « coup de blues » des maires questionnés par le CEVIPOF l’an passé. S’ils étaient 50% à dire ne pas vouloir se représenter, ils ne sont plus qu’un quart aujourd’hui à faire état de leur lassitude et de leur inquiétude. Reprenant les différentes incitations et obligations à passer d’un transfert volontaire des compétences à un transfert « autoritaire », il reconnaît que cela a été source de difficultés. Le débat législatif s’annonce donc  « passionné et passionnant ». Le gouvernement est conscient de l’importance d’un équilibre à  trouver  entre les différents niveaux territoriaux d’organisation des collectivités locales. Sur la question de la formation, il est prévu une augmentation du crédit d’heures, celle des temps de garde pris en charge pour faciliter la vie des parents et celle d’une augmentation du quota pour les communes de plus de 3500 habitants. A noter également la protection juridique des maires qui doit être renforcée et l’indemnisation qui doit être ajustée. Sur la proximité, une réelle parité au sein des exécutifs intercommunaux ne sera pas réglementée car cela contreviendrait aux lois fondamentales et serait en contradiction avec les résultats des élections municipales dans les communes de moins de 500 habitants. A noter qu’aujourd’hui 52% des communes françaises font moins de 500 habitants. La compétence de l’eau sera intercommunale.

> Les mots de Luc Foucault, président de l'Aric
Luc Foucault a présenté la nouvelle démarche de formation qui sera mise en œuvre à partir du printemps prochain. Il a rappellé que l’élu local est en première ligne et qu’il lui est demandé d’être médiateur, animateur, facilitateur et gestionnaire des services publics de proximité. Il a développé les cinq spécificités de l’Aric :
-    C’est une association d’élus dont le cœur de métier est la formation de tous,
-    C’est une association ouverte à tous les élus des collectivités locales (plus de 22.000 élus en Bretagne),
-    C’est une association qui a capacité à faire réseau en facilitant les échanges d’expériences, avec une offre de formation en direction des équipes locales et pas seulement des individus,
-    C’est une association qui propose des prix abordables en raison de sa logique associative.

Ce qui est en train de changer dans les pratiques des unes et des autres :
-    C’est le profil de l’élu : de gestionnaire il devient médiateur,
-    C’est l’entrée en force du « digital »,
-    Ce sont les relations entre les habitants et les élus,
-    Ce sont les nouvelles attentes en termes de mobilité,
-    C’est la « refonte » des territoires,
-    C’est aussi la complexité grandissante des règlements et la relation entre élus et techniciens,
En un mot, il faut que "les élus de demain soient prêts à associer tous ces enjeux et à faire le pari d’un nouveau rôle et d’une nouvelle place."
 

> Présentation de l'offre de formation 2020 par Nolwenn Le Crann, vice-présidente de l'Aric
-    C’est une formation globale, digitale et mobilisatrice,
-    C’est une manière de faire « gagner » les élus en leur proposant d’entrer dans une promotion-intégration avec à la fois du temps en « présentiel » et des « classes virtuelles »,
-    C’est une démarche avec trois étapes principales qui permettent,  de planter le décor, de jouer collectif,  de communiquer avec les nouveaux outils numériques.
-    C’est donc un atout gagnant, un atout convivialité, un atout compétence et un atout de proximité car la formation se fera au plus près, c’est-à-dire sur le territoire intercommunal.
-    C’est une démarche nouvelle qui s’inspire des attentes des élus et des pratiques des formateurs. Longuement présentée et discutée également au sein des ateliers.
-    De la même manière qu’il faut un « permis » pour conduire une voiture, ne faut-il pas « se former » pour être élu local ?
 

 > Intervention de Gil Vauquelin, directeur régional de la Banque des territoires en Bretagne
Il a présenté les relations renouvelées proposées par son établissement bancaire qui est au service des territoires. Au travers de relations client-partenaire sont assurées des fonctions de conseil, de soutien et de financement, par exemple pour la rénovation thermique et les économies d’énergie des bâtiments publics. La Banque des Territoires est réactive avec les collectivités locales sur chacun des projets et ceci rapidement et avec l’ensemble des partenaires du réseau des élus.
 

> Synthèses des  ateliers par Thomas Frinault, maître de conférences en science politique à l’Université Rennes 2
Il a rappelé que :
-    les élus ont de la difficulté à concilier vie personnelle, familiale, professionnelle et engagement au service du « local »,
-    que ceux qui ne se représentent pas ont souvent le sentiment d’avoir fait leur devoir de citoyen,
-    que l’exigence des habitants est croissante, voire revendicative et agressive,
-    que les moyens financiers se raréfient,
-    que la perte d’influence du niveau local au profit du territorial se confirme,
-    que le déficit en personnel est réel et le sentiment d’inutilité grandissant,
-    que l’élu local est le « courtier » des habitants et qu’il a obligation de résultats,
-    et que l’échelon intercommunal est renforcé de manière directive.

>> Découvrir sous forme de post-it  les initiatives valorisées par les élus présents

>> Consulter la synthèse des ateliers

>> Lire l'intervention  de Thomas Frinault : " Elus locaux et nouvelles configurations"
 

> Conclusion générale de cette matinée par  Luc Foucault
Le président a appelé tous les participants à échanger dans les conseils municipaux et intercommunaux sur la formation des élus (accès, démarche, contenu, enveloppe, évaluation, etc…).
-    Aux élus d’aujourd’hui, il a lancé un appel pour que soit mis à l’agenda des mois à venir la question de la formation.
-    A ceux qui se représentent ou qui se présentent, il a demandé de « porter » la démarche de formation de proximité proposée par l’Aric.
-    A ceux qui ne se représentent pas, il a demandé d’aider à porter l’offre de formation et d’en faire la promotion en devenant « parrain ».
-    A tous, il a demandé d’être au sein de leurs réseaux des relais pour l’Aric.

 

Aller plus loin

>> La presse en parle :

telegramme

Le Télégramme
Luc Foucault, maire de Séné, est aussi le président de l’Aric. L’Association régionale d’information des collectivités, chargée de former les élus, a tenu son assemblée générale samedi, dans l’hôtel de la communauté d’agglomération...

Lire l'article

ouest france
Ouest-France
Faut-il avoir peur d’un nombre insuffisant de candidats aux prochaines municipales ? L’Association régionale d’information des collectivités territoriales, l’Aric, qui assure en Bretagne des formations d’élus locaux, ne le pense pas...
Lire l'article

 

Voir toutes nos actualités...