Actualités
Accueil / Actualités / « La place et le rôle des élu.e.s locaux dans l’urbanisme d’aujourd’hui »

« La place et le rôle des élu.e.s locaux dans l’urbanisme d’aujourd’hui »

Catégories Événements

Dans la cadre de la dernière AG de l’Aric qui s’est déroulée le 1er octobre à Quimperlé (29), retrouvez la présentation de l’intervention de Philippe Schmit, spécialiste des politiques d’aménagement et d’urbanisme, ancien secrétaire général d’Intercommunalités de France aujourd’hui président du cabinet Urba Demain

Cette intervention a été un temps de débat, d’échanges et de réflexion sur la place et le rôle des élu.e.s locaux dans l’urbanisme d’aujourd’hui.  Elle a permis d’alterner temps de présentation et temps de réflexion collective dans une logique très participative. L’idée majeure est que « l’urbanisme » contient aujourd’hui en son sein, en sous-jacent, un véritable enjeu de société qui n’est pas tranché au niveau national et que les élu.e.s vont devoir gérer au local. Exercer la compétence d’urbanisme aujourd’hui est sans rapport avec la manière dont on conduisait la planification il y a ne serait-ce qu’une dizaine d’année.
Au-delà, et en complément, des solutions et concepts d’aménagement qu’il faut promouvoir, l’enjeu est de porter spontanément et collectivement le débat sur des sujets tels que :

  • Les enjeux de l’urbanisme, l’adaptation des territoires au changement climatique. Ce qui se joue dans la loi et dans les faits.
  • La relation des élus entre eux à l’heure du ZAN (les arbitrages sur la sobriété foncière ; les relations entre communes / communauté / EP SCOT / Région…)
  • L’équilibre précaire propriété privée / action publique. La relation aux citoyens / propriétaires.
  • Le maire, son pouvoir de police, sa relation au pétitionnaire.
  • La relation élu / technicien. L’affirmation de la maîtrise d’ouvrage politique. La place de l’ingénierie locale.
  • La relation à l’État. Quelle est la compétence réelle du Maire ? Recentralisation insidieuse d’une compétence locale ?
  • Les atouts et limites de la planification.
  • Les ressorts de l’urbanisme : les limites de la fiscalité de l’urbanisme, de la fiscalité foncière, de la fiscalité sur les terrains rendus constructibles.

Ce temps d’échange était l’occasion de sensibiliser aux évolutions des enjeux de l’aménagement l’ensemble de la classe politique d’un territoire (élu.e.s municipaux et élu.e.s communautaires). Elle conjugue expertise technique et regard stratégique.

Voir toutes les actualités